Moineau

par apollinemariotte

Des boucles cuivrées encadrent son visage et rebondissent comme des ressorts souples. Dans sa bouche tout sourire, ses quenottes brillent comme des petits cailloux blancs. Sa peau claire, douce comme une pêche, parsemée de taches de rousseur, est colorée par les embruns.

Son doudou à la main, Moineau sautille sur ses jambes graciles. On dirait un piaf au printemps. C’est fou l’énergie déployée par ce petit être. Ses parents l’ont emmenée en balade, cela suffit à la rendre heureuse. Excitée par la sortie et le mouvement de la mer et le vent qui souffle sur la digue, elle s’approche des groupes qui se promènent, comme si elle voulait leur parler.

Elle regarde les passants droit dans les yeux, avec l’intensité de sa candeur. Son éclat réveille les adultes qui passent d’abord sans lui prêter attention, puis se surprennent à se trouver maussades, un peu gris même. Sommes-nous assez fous pour passer avec indifférence devant ce trésor ?

Ses parents l’appellent : « Prunelle ! » Eux au moins, dès le premier jour, cela leur a sauté aux yeux.

Publicités