Tofu

par apollinemariotte

Depuis la nuit des temps, une religion convertit en masse de nouveaux adeptes. En fonction des courants et des époques, les préceptes diffèrent, préceptes pour le moins singuliers.

Certains fidèles se nourrissent exclusivement de protéines. Attablés devant des blancs de poulet nature – comme si c’était le petit Jésus en culotte de velours – ils s’emploient à dépeupler la planète de ses volatiles. De temps en temps, ils s’autorisent un écart. Ils s’en repentiront des jours durant.

D’autres vénèrent Saint Bio et ses reliques : graines germées, jus d’herbe, céréales empruntées à l’époque moyenâgeuse. Plus leurs offrandes sont importantes, plus ils sont satisfaits. Ils n’emporteront de toute façon pas leurs deniers au Paradis.

D’autres encore jeûnent, pensant ainsi bouter les toxines, sataniques impuretés, hors de leur corps.

Certaines brebis égarées ont déjà affirmé avoir eu des apparitions de perfusions de lipides. Pensées ô combien blasphématoires. Ils se consolent alors en avalant des litres de boisson gazeuse à l’aspartame.

Cette religion, dont le gourou – un certain Tofu – est ma foi revêche, aspire à redonner à ses fidèles le goût des choses simples, le goût du Nutella. Mais ça, c’est seulement à Noël.

Publicités