Le mûrier

par apollinemariotte

Baudouin Marechal pour Les Petites histoires vecues_Le mûrier

Sur le chemin du déversoir, les cousins ont remarqué un mûrier sauvage. Empêtré dans ses ronces et paré de toiles d’araignées dont les entrelacs luisent sous la chaleur d’août, il tend ses fruits savoureux aux enfants qui rentrent de la baignade. D’un noir bleuâtre, les baies globuleuses sont impeccablement alignées sur leur tige pour former des épis ronds et brillants. Quel goûter exquis.

À la cime de l’arbuste, Chouchou, à l’âge où l’on est édenté et entêté, a justement posé les yeux sur une mûre charnue et gorgée de soleil. Hors de portée des enfants et des renards, elle a eu tout le temps de parfaire son mûrissement. Chouchou s’approche, avance un pied, tend le cou, déplie un bras. Las, le fruit est inaccessible. Têtue, elle persiste.

Le fruit n’est plus qu’à quelques centimètres quand patatras, Chouchou – en maillot de bain – glisse dans un cri, le buisson épineux lui rappelant à la mémoire son péché de gourmandise.

Publicités